Barrette veut encadrer les frais accessoires

Barrette veut encadrer les frais accessoires
0 17 juin 2015

Un amendement au projet de loi 20 sera déposé très prochainement par le ministre de la Santé Gaétan Barrette pour baliser les frais accessoires demandés par les cliniques médicales.

Le ministre souhaite ainsi mettre fin aux abus dénoncés depuis plusieurs années par des organismes et des associations par rapport à ces frais supplémentaires facturés pour des médicaments, des examens ou des appareils.

L’amendement en question proposera la formation d’un comité tripartite chargé de déterminer le coût acceptable de chaque type de frais actuellement existant, a confirmé mardi Joanne Beauvais, l’attachée de presse de M. Barrette. «Il statuerait sur une liste de frais qui pourraient être facturés selon le coût réel plus une petite marge», a expliqué Mme Beauvais. Une fois cette liste dressée, aucuns frais ne pourraient être ajoutés.

Cette proposition a réjoui l’Association des cliniques médicales du Québec (ACMQ), qui avait le matin même convoqué une conférence de presse pour partager ses préoccupations par rapport à l’entrée en vigueur, le 7 juillet prochain, de nouveaux articles du code de déontologie du Collège des médecins ayant pour effet d’interdire les frais accessoires.

Isabelle Girard, directrice générale de l’ACMQ, juge que les médecins propriétaires ont besoin de faire une marge de profit par l’intermédiaire de ces frais pour faire fonctionner leur clinique. Elle craint que si les nouveaux articles du code de déontologie entrent en vigueur dans le contexte actuel, des centaines de cliniques médicales, en particulier celles qui offrent des services spécialisés comme des colonoscopies, doivent fermer leurs portes ou cesser d’offrir certains services.

Le résultat serait désastreux pour l’accès aux soins, selon Mme Girard, puisque 80% des soins de première ligne sont offerts par les cliniques. «Pour les colonoscopies, par exemple, 20 000 sont effectuées chaque année dans les cliniques alors qu’il y en a 30 000 dans les hôpitaux. Ces derniers ne pourraient pas absorber tous ces patients supplémentaires», a-t-elle argué.

Reconnaissant qu’il y a eu de l’abus de certains médecins, l’ACMQ demandait que ces frais soient encadrés plutôt que bannis.

Mme Beauvais a dit s’attendre à ce que le Collège des médecins repousse la date butoir du 7 juillet à la suite du dépôt de l’amendement. De son côté, le Collège des médecins a dit partager les préoccupations de l’ACMQ concernant l’accès des citoyens aux soins. Ses dirigeants n’ont toutefois pas voulu commenter l’amendement projeté, disant manquer de détails sur ce dernier.

Source : www.journalmetro.com/plus/sante/794649/barrette-veut-encadrer-les-frais-accessoires/

Publié dans Nouvelles récentes